Le Brésil possède est un pays aux abondantes ressources ce qui est une responsabilité Quelles solutions pour un développement plus durable?

Le Brésil, le pays de la samba, du carnaval, des tongs et du football est aussi le pays possédant la plus riche biodiversité du monde. C’est un pays immense, 16 fois la taille de la France et 1,15 fois la taille des Etats-Unis si l’on exclut l’Alaska. Ses dimensions et sa complexité, à la fois marine et terrestre, signifient qu’il ne pourra jamais être complètement décrit. Il existe de nombreux écosystèmes, chacun avec des caractéristiques uniques, et la conservation des écotones entre eux devient crucial.

brazil

Le Brésil a fait des efforts en ce qui concerne la préservation de sa biodiversité. Certains endroits comme la forêt amazonienne, les zones humides du Pantanal et les prairies massives de la Chapada Diamantina ont tous des biodiversités uniques. Mais que représentent-ils? Et comment les Brésiliens perçoivent le développement durable? Que pouvons-nous faire en tant que touristes pour vous assurer de continuer à voir les magnifiques paysages brésiliens et de la nature à l’avenir?
Les réserves naturelles ont des statuts différents au Brésil. Certaines d’entre elles sont très bien protégés, d’autres permettent les activités humaines ce qui peut être nocif si pas contrôlées (ce qui arrive souvent dans un pays où la corruption est si présente à tous les niveaux)

Il y a sept principales catégories d’aires protégées au Brésil:APA area protection environment brazil
1. Une zone de protection de l’environnement (APA) : C’est souvent un grand espace avec une grande densité de population. Il dispose d’une variété de la vie, non-vie, esthétique et / ou des éléments culturels et nécessite une protection contre les dommages ou les disparitions.
2. Un sanctuaire pour la vie sauvage: Comme son nom l’indique, ce type d’installation est conçu pour protéger l’environnement et de ses habitants afin que les espèces naturelles peuvent être réhabilités
3. Une réserve biologique: Ces zones découragent ou ne permettent pas le contact humain direct. Au contraire, toute la vie naturelle dans ses frontières est protégé. Des initiatives sont prises pour restaurer les écosystèmes naturels une fois en place afin de retrouver l’équilibre de la biodiversité.
4. Une station écologique: Ce type de zone est spécialement conçu pour accueillir des activités de recherche scientifique et pour protéger les résidents (humains et animaux) natifs de cette zone.
5. Un parc national: Les parcs nationaux sont des zones où la nature est préservée. Ils sont mis en place pour protéger la faune et de la flore de cette zone. Cependant, ils permettent également la recherche scientifique et les activités récréatives telles que le tourisme.
6. Une zone d’intérêt écologique considérable: Ces zones sont généralement assez petites, mais possède des caractéristiques naturelles exceptionnelles. Ces caractéristiques possèdent une valeur ajoutée à la région pour leur utilisation naturelle, leur beauté ou leur rareté.
7. Une réserve de développement durable: Ces zones sont le domicile de populations traditionnelles qui comptent sur la durabilité et la disponibilité des ressources naturelles. Ces communautés deviennent indispensables à la survie de la faune et de la flore de la réserve.
[Encart] Au Brésil:

  • 2,6% du territoire est strictement protégé
  • 5,5% du territoire est réservé pour le développement durable

Cela signifie qu’un total d’environ 67 millions d’hectares du Brésil sont plus ou moins protégés, qu’ils soient gérés par le gouvernement ou d’autres organisations externes. [/Encart]

Ceci reste encore très faible par rapport à a taille du pays et de l’énorme importance des ressources du pays pour l’humanité.

L’Amazonie; quelles nouvelles?

Par exemple, l’Amazonie, le poumon vert de la planète. Nous en avons entendu parlé pendant des années, voire des générations, mais oui la forêt amazoniennecontinue à être ratissée malgré les énormes efforts des ONG. (L’Amazonie existe encore grâce à eux et la à pression qu’ils exercent sur le gouvernement pour protéger à la fois la forêt, mais aussi les personnes qui y vivent). Depuis 1970, l’équivalent du Chili en termes de surface a été coupée – le Chili est 1,2 fois plus grand que la France. Voici une photo pour ceux qui sont plus visuels.

amazonia since 1975
Nous savons que cela n’est pas nouveau, mais qu’en est-il aujourd’hui? Pourquoi la déforestation ne s’est-elle pas encore arrêtée? Surtout q’avec la diminution des forêts tropicales dans le monde, le Brésil, l’Indonésie etc .., nous accélérons également le changement climatique. Donc, nous avons besoin que ces pays de se sentent responsables des autres 6 milliards d’individus qui vivent sur la planète. Même si la forêt amazonienne est à l’intérieur de leur territoire, elle est un bien commun de l’humanité. Sa protection ne semble pas se assez efficace. Même 40 ans après les premiers messages alarmants des ONG. Mais, il y a une légère amélioration du taux de déforestation qui a ralenti depuis 2010, mais là encore, la forêt amazonienne est un capital riche de centaines de milliers d’années qui ne se renouvellera pas. Nous avons demandé à des gens que nous avons rencontré pourquoi est-ce le gouvernement ne fait rien de plus efficace pour stopper la déforestation. La plupart du temps, les locaux disent que les gens cherchent à posséder plus de territoire une fois que les arbres sont brûlés ou coupés, le gouvernement va légaliser leurs plantations, peu importe la façon dont ils l’ont créé. Le gouvernement à la fois pénalise la déforestation et la récompense d’un autre côté. Ces plantations seront principalement pour le soja, et non pas le soja que les végétariens utilisent, mais le soja donné à notre viande, bœuf, porc et poulet.

Le Pantanal; la plus grande zone humide du monde en voie de disparition

Le Pantanal est une région naturelle englobant la plus grande zone humide tropicale du monde. Il est situé principalement dans l’Etat brésilien du Mato Grosso do Sul, et se prolonge dans le Mato Grosso et des parties de la Bolivie et le Paraguay.

pantanal

Environ 80% des plaines inondables du Pantanal est submergé pendant la saison pluvieuse, nourrissant une étonnante collection biologique de plantes aquatiques et permet de subvenir aux besoins d’un réseau dense d’espèces animales. Il a perdu près de la moitié de sa surface depuis les années 70 en raison d’une agriculture intensive et de la déforestation. Pourquoi est-ce dramatique? Parce que certaines espèces comme le jaguar Pantanal ne vivent que dans cette région ainsi que plusieurs autres espèces endémiques que vous ne trouverez nulle part ailleurs dans le monde comme le cerf des marais ou la loutre géante. Il y a de nombreuses menaces sur le Pantanal, entre la déforestation,  la surpêche et  l’élevage de bétail. 99% des terres Pantanal est une propriété privée dont l’exploitation pourrait se faire dans un objectif d’élevage fermier. Il se pourrait que cette riche terre humide disparaîssent totalement d’ici quelques années. Le problème est que la région n’a pas encore été bien protégée et le elle sera confrontée à des défis majeurs dans les années à venir en raison de projets tels que la construction du pipeline Gasbol passant par le Pantanal pour finir en Bolivie. WWF et d’autres associations mettent une certaine pression sur les politiques brésiliens et les gouvernement locaux afin de transformer cette zone en une zone protégée. Plus récemment, le groupe Nature Conservancy s’est associé à l’UNESCO, WWF et l’agence environnementale brésilienne, IBAMA, pour la conservation des sites dans le Pantanal afin qu’ils fassent parti du patrimoine mondial . Mais les questions et les défis sont loin d’être tous résolus et la seule façon de sauver le Pantanal serait de développer un tourisme vert pour apporter l’argent nécessaire à la vie de la population locale et aider à sauver cette terre merveilleuse.

La Chapada Diamantina; face à la corruption et au changement climatique

Cette région est située dans le Bahia et a été dévastée par l’extraction de diamants pendant des années. Ellle a été transformée en un parc en réponse à l’écotourisme dans les années 80 et l’exploitation minière est maintenant interdite dans la région, afin de maintenir la grande biodiversité mais aussi pour sauver les sources d’eau alimentant les grandes villes. Nous avons eu la chance de visiter ce parc national incroyable et nous avons été stupéfaits par la beauté de ses cascades, des forêts et des paysages. Par rapport au Pantanal, cette région a de moins grands animaux, mais est tout aussi riche en biodiversité surtout florale. Cette région est très importante pour l’eau, très riche en nutriments et d’une couleur unique (coca-cola) qui se jette dans l’océan en passant par les grandes villes comme Salvador.

chapada diamantina
Selon les modèles de Natura Za Econservacao, à la fin du siècle les prairies rupestres de la Chapada pourraient perdre jusqu’à 95% de leur surface ce qui correspond à des valeurs d’environ 66,500km2). Ces prairies sont très importants car elles nettoient un terrain plein d’aluminium et enrichissent leur composition, en créant un sol plus riche pour une flore très diversifiée endémiques qui s’y développent. Cela améliore également la capacité du sol à retenir l’eau et donc joue un rôle important dans la formation des rivières. Préserver cette région est indispensable, mais de nombreux défis restent à relever.
La gestion des déchets est inexistante, et nous avons nous vu les déchets ne pas être traités correctement et  gâcher les paysages.

trekking jours chapada diamanitina
Le tourisme est hors de contrôle; les incendies, les déchets, les dommages à la flore, etc .; la région a besoin de gens pour éduquer les gens à entretenir leur région et pour contrôler le tourisme.
L’eau est propre mais avec le tourisme et la population flottante qui se rend dans la Chapada, il y a un fort risque de contamination (utilisation de shampoings, dentifrices, savons, crèmes solaires…)
Il y a aussi un autre problème auquel nous avons assisté et qui est assez dramatique. En Novembre 2015, un gigantesque incendie a brûlé la Chapada pendant presque 2 mois. Les habitants nous ont dit que ce feu était criminel. Ils ont également confirmé que les pompiers ont fait en sorte de ne pas arrêter le feu plus tôt. En fait, personne n’a bougé et le feu s’est arrêté de lui-même  avec l’arrivée de la saison des pluies car les autorités locales ne faisaient rien. Apparemment, chaque année, le gouvernement alloue des fonds pour préserver et restaurer la nature de la Chapada. Le budget augmente avec le nombre de choses qui doivent être restaurer et renforcées. Donc, plus la Chapada est endommagée, plus le gouvernement donnera de l’argent aux autorités locales pour régler les problèmes. Avec toute la corruption dans le pays, les natifs de la région sont persuadés  que cet argent ne va pas à la Chapada mais restera dans les mains des autorités locales (qui pourraient être les mêmes personnes qui ont commencé le feu).Après 5 jours de trekking dans la Chapada, nous sommes tombés amoureux de la beauté de cet endroit. Malheureusement, nous avons aussi remarqué beaucoup de choses qui nécessiteraient des réactions rapides surtout si nous voulons faire en sorte que la Chapada existe encore dans 10/20 ans.

Notre guide de Extreme EcoAdventures, Pablo, a étudié l’écologie à l’unversité de Sao Paulo avant de devenir guide de sorte qu’il avait une bonne connaissance de l’environnement et les différents problèmes auxquels la région est confrontée. Pour lui, les habitants sont laissés à eux-mêmes pour assurer l’avenir de la Chapada et la lutte contre la corruption est impossible. Il essaie de sensibiliser les indigènes pour qu’ils développent des pratiques plus durables pour une meilleure qualité de vie et une meilleure préservation de l’environnement. L’éducation et le tourisme durable pourraient être les seuls moyens pour aider à la préservation de cette merveille étonnante de la nature qu’est la Chapada.

Brésil, la 3ème puissance hydroélectrique du monde

Le Brésil est le 10ème consommateur d’énergie dans le monde. Et 83% de son énergie provient de l’hydroélectricité qui place le pays à la 3ème position de producteur d’hydroélectricité. Alors oui l’hydroélectricité émet moins de CO2 que l’énergie fossile. Mais les barrages hydroélectriques ont un impact sérieux sur la nature et les populations. Les bassins fluviaux fragmentés par des barrages et pollués par l’accumulation de mercure est devenue un problème de santé publique. Ils appauvrissent la qualité de vie des gens. International Rivers, un lobby environnemental, vise les grands bailleurs de fonds hydroélectriques comme la Banque mondiale dans l’espoir de les persuader d’arrêter le financement de nouveaux projets de barrage. Les controverses récentes ont montré l’insuffisance des normes en vigueur pour la planification et le licensing de nouveaux barrages. Les études du barrage de Barra Grande, sur la rivière Pelotas dans le bassin du fleuve Uruguay se sont avérés frauduleux en omettant de mentionner que plusieurs milliers d’hectares de forêts primaires seraient inondés.

amazon damsEt même, plus récemment, un drame est arrivé, un barrage d’une mine de minerai de fer a éclaté au Brésil au début du mois de Novembre, tuant 12 personnes et  polluant une rivière importante, en libérant d’énormes quantités de boue toxique selon l’agence des Nations Unies des droits de l’homme.

mud toxic brazil dam burst
Qu’en est-il du recyclage au Brésil?

trash bins recycling brazilUne chose intéressante que nous avons vu est l’omniprésence de recyclage et de tri des conteneurs partout dans la ville de Rio de Janeiro. Apparemment, elles ont été mis en place avant la Coupe du Monde de 2014. La raison en est sans doute une volonté de montrer un Brésil développé et en avance sur les questions environnementales et notamment la gestion des déchets. Mais ce n’est pas encore le cas partout. Le taux de recyclage du Brésil est de 1%, ce qui est très faible par rapport au Mexique (3,3%) ou à la Colombie (20%). Il n’y a pas de programmes de recyclage au niveau local, et seulement 6,4% des municipalités ont des programmes de recyclage. Le recyclage est encore très géré par les ramasseurs de déchets qui gagnent leur vie en ramassant le plastique et l’aluminium dans les rues.

L’Eau; abondante, mais polluée

En ce qui concerne l’eau au Brésil, les eaux usées sont un problème majeur car il n’y a quasiment pas de systèmes de traitement des eaux. L’utilisation d’eau domestique compte pour 21% de la consommation d’eau tandis que l’irrigation compte pour 61%. Les produits chimiques utilisés dans l’agriculture se retrouvent dans l’eau et à la fin dans les rivières et les océans ce qui rend  la qualité de l’eau mauvaise. La déforestation et  l’impact climatique met aussi en jeu l’avenir des ressources en eau du pays. Une augmentation des températures de 2 ° C conduira à une perte de 20% à 80% de l’Amazonie qui, en raison de réactions en chaîne va conduire à davantage d’inondations et de sécheresses et s’avérera dramatique pour les Brésiliens. L’eau est assez chère au Brésil et son suivi est divisé entre les régions. Les États du Brésil ne sont pas tous égaux dans leur façon de gérer l’eau et même dans des régions du Sud-Est où la surveillance de l’eau est relativement bonne, en raison d’une pollution en aval et en amont des autres régions, l’eau reste très polluée. Il y a très peu de filtration et de recyclage de l’eau ce qui est un gros problème. Le seul endroit où vous pouvez boire l’eau des rivières au Brésil est probablement dans la Chapada Diamantina car il n’y a pas de villes pouvant polluer en amont. Donc, si vous voyagez au Brésil, essayer de ne pas utiliser de produits chimiques et de limiter autant que possible les produits non biodégradables en particulier les dentifrices, les shampoings et les savons. Et ne jetez pas le papier dans les toilettes. C’est un petit coup de pouce dans un pays où l’eau est une ressource si importante et malgré tout, gaspillée et polluée.

pollution water brazil

Quelle est l’attitude du Brésil envers le développement durable?

Les abondantes ressources naturelles du Brésil sont une bénédiction ou une malédiction, en fonction de la personne à qui vous demandez – Luke McLeod-Roberts

La question du développement durable n’est pas nouvelle au Brésil. Cela fait des décennies que le monde entier scrute le Brésil et critique leurs régulations par rapport à la déforestation en Amazonie notamment. Malgré cela, le gouvernement ne fait pas beaucoup. Non pas qu’ils ne sont pas conscients des conséquences, mais parce que la corruption à tous les niveaux bloque le pays et empêche la mise en place de politiques  environnementales efficaces. Il y a une tendance croissante de personnes demandant plus de produits bio et il y a de plus en plus de végétariens aussi – ce qui est intéressant dans un pays où l’industrie de la viande est si importante et où la consommation moyenne par habitant est de 93 kg par an (2011). Il semblerait que les Brésiliens soient de plus en plus conscients de l’importance de leur santé et de leur bien-être. Des installations sportives extérieures, des pistes cyclables, des sentiers de randonnées, des protéines shakers dans les magasins de jus et même des tendances vestimentaires autour de sport, ce qui montre un intérêt grandissant pour les sujets liés à la santé et qui explique sans doute que, dans toutes les villes que nous avons visités, nous avons vu des options pour végétariens dans les restaurants et plusieurs restaurants bio.

bottles plastic fish botafogo art design project

Il semble également qu’il existe un écart évident entre le nord et le sud du Brésil. Le Sud du Brésil est un peu plus avancé sur les sujets de développement durable. Le nord est plus rural et plus pauvre que le sud ce qui pourrait expliquer le fait que nous voyons une volonté plus forte de se développer de manière plus verte dans le sud.

Pour citer un article du Guardian qui explique assez bien la mentalité des Brésiliens par rapport à l’écologie: « Lorsqu’on a demandé qui était responsable de la dégradation socio-environnementale aux Brésiliens, ceux-ci blâment le gouvernement; lorsqu’on leur a demandé qui devrait diriger, ils soulignent une fois de plus au gouvernement. Pourtant, c’est le gouvernement qui, depuis le début de 2011, a encouragé la déforestation et la pollution par la construction de méga-barrages dans le bassin de l’Amazone, par une ruée vers le forage des couches océaniques à la recherche de pétrole, au préjudice de l’industrie des biocarburants et aux régimes de d’économie d’impôts pour l’industrie automobile sans compensations d’émissions de CO2. C’est le même gouvernement qui au cours des deux dernières années, a lancé une réglementation d’avant-garde sur la gestion des déchets solides et fait des efforts importants avec le secteur privé pour lutter contre l’exploitation forestière illégale ainsi que sur le commerce de viande et de soja provenant de zones déboisées. D’une certaine manière, l’absence apparente de direction des politiciens, et l’inaction de la plupart des gens, résume finalement l’énigme de la question de la durabilité au sein de la société brésilienne.corcovado green rio de janeiro

Alors oui, il y a une prise de conscience en général, si nous croyons que ce que les gens nous ont dit, mais la majorité de la population semble laisser aux autres le soin d’agir et surtout au gouvernment. Beaucoup d’entre eux ne recyclent pas correctement ou utilisent encore des sacs en plastique gratuits dans les supermarchés. Même si l’attitude et l’evie de changer les choses  envers le changement climatique est réel, très peu de Brésiliens agissent. A l’image de ce que fait le gouvernement, la population a un comportement contradictoire, d’une part se scandalisant quand face aux problèmes écologiques mais d’autres part en ne recyclant pas. Le gouvernement ne changera pas radicalement maintenant surtout avec tous les problèmes politiques et économiques remuant le pays en ce moment. En tant que touristes, il est aussi de notre responsabilité d’aider le pays, en ramassant les ordures quand nous en voyons, en parlant aux gens autour de nous et en posent des questions aux installations touristiques, en choisissant des lieux qui tentent de se développer de manière durable et en promouvant l’écotourisme. Voyager responsable peut aussi apporter quelque chose à un pays et à une population autre que de l’argent. Montrons la voie en ayant un comportement écologique dans un pays où la conscience n’a pas encore été transformée en actions.